Blind test Motel


Amour Courtois

Avant de devenir Amour Courtois, Joseph Sanderichin a grandi à Paris. Jeune, il s’intéresse en dilettante à toutes formes d’art.

Une fois installé à Paris République, il joue de la basse de manière compulsive, sert des cocktails dans des bars et s’essaye à la réalisation de vidéo-clip avec Tom Gagnaire.

Petit à petit, il délaisse son harmonica et son oud pour accumuler des réplicas de boîtes à rythme, synthés et deux basses Fender. Il est en 2018 le bassiste de François Club pour qui il a écrit les paroles de deux morceaux de son dernier album : Cobra I & II et Bad Boy (Requiem pour un twister, 2020).  Il accompagne  Elodie Gervaise en 2019 sur scène et en studio. Il fait désormais partie du groupe Madone,  formation nouvellement créée.

En mai 2020, il a sorti un premier single paru en digital chez Beagle Records : Fais ce qui te plaît.

Chansons rêvées, premier EP d’Amour Courtois va paraître au printemps 2021.

Joseph se lance dans l’aventure Amour Courtois pour accomplir seul une musique sémillante et enflammée bercée de diverses inspirations allant de l’Opéra à la Synth Pop. Déjà remarqué et évoluant sans cesse, l’Amour Courtois triomphera.

Déjà remarqué par Bertrand Burgalat et évoluant sans cesse, l’Amour Courtois triomphera.

On en parle ici
Plus d’infos sur AC : contact@beagle-records.com

Chansons Rêvées (sortie EP : mai 2021)

Amour Courtois part à l’aventure dans un crépuscule vert, celui de « Vois le Monde ». Ce tube de Joseph Sainderichin que vous avez peut-être vu jouer de la basse auprès de François Club, les « Toujours Amoureux » Domingo Mariani & Lonely Band ou Elodie Gervaise, est une délicieuse description du monde qui trouve son écho dans l’optimisme de son thème et de ses arrangements. 

« Vois le monde », c’est l’un des titres de Chansons Rêvées, son premier EP. De l’écho de ses songes, Amour Courtois se languit de l’amante « Chiquita » qui décide de prendre son envol, révèle la recette de son inspiration dans une chanson éponyme, surpasse Brassens dans l’interprétation de la ballade des dames des temps jadis, un poème de François Villon ; « Lisboa constrictor » quant à elle, s’aventure dans les méandres de la psyché. 

Difficile de classer ce mini album dans un genre précis si ce n’est peut-être des inspirations new-wave par ses lignes de basse et ses boîtes à rythme, indie pop par la fraîcheur de ses thèmes. Mais c’est incontestablement la poésie de ses textes qui fait d’Amour Courtois un membre sensible de la scène française actuelle.  

Joseph Sainderichin est l’auteur-compositeur-interprète de cet album. Le mixage a été assuré par Romain Dejoie (Kumi Solo), le mastering est l’ouvrage de Paul Rannaud. 

Cet EP est sublimé par un visuel réalisé par Iris Hatzfeld. La typographie et le graphisme ont été parfaitement pensés par Sébastien Trihan. 

+ Remix School Daze

+ Remix Voiski